Investir en Bourse

Parce qu’ils n’ont pas de régime de retraite à prestations déterminées, certains veulent prendre leur avenir financier en main et investir eux-mêmes en Bourse.

D’autres se laissent tenter, soit par jeu, soit par dépit face aux médiocres rendements de leurs fonds communs de placement, qui ne dépasseront pas 4 % par année (nets de frais) selon les projections de l’Institut québécois de planification financière (IQPF).

Dans ce premier livre, le journaliste financier Bernard Mooney veut montrer qu’il est possible d’obtenir des gains annuels de 10 % en Bourse (nets de frais). La clé consisterait à trouver des sociétés en croissance et à bas prix. Mais comment y arriver? En analysant froidement la situation après avoir lu de nombreux rapports annuels, journaux et lettres financières. «Pour l’investisseur, la lecture d’un rapport annuel se compare, pour un danseur, au fait de danser», dit-il.

Or, ces rapports annuels sont loin d’être faciles à saisir. Le sens en est obscur, et bien souvent, à dessein. Et même si une compagnie est plus transparente que la moyenne, on n’y coupe pas: il faut réellement y consacrer beaucoup de temps et d’énergie, car on ne lit pas les rapports annuels, les états financiers et les notes afférentes comme des livres de recettes ou des magazines de décoration.

Deux autres livres, l’un du même auteur, l’autre du gestionnaire de portefeuille Guy Le Blanc, nous donnent toutefois quelques clés pour mieux comprendre ces fameux rapports annuels.

Guy Le Blanc nous indique là où il faut particulièrement faire attention, par exemple le ratio d’endettement et les fonds auto-générés. Mais l’intérêt de son livre va au-delà de ces pistes d’information. Très respecté par ses pairs, Le Blanc raconte son parcours d’investisseur, de ses débuts au milieu des années quatre-vingt jusqu’à aujourd’hui. C’est assis aux tables de lecture de bonnes bibliothèques, dit-il, qu’il a appris les rudiments de ce qui allait devenir son métier. Il y a étudié à fond un des maîtres de l’investissement, Benjamin Graham.

Surnommé le «père de l’investissement axé sur la valeur», Graham a posé les bases de l’analyse fondamentale, laquelle repose sur des éléments que l’on trouve dans les rapports annuels. L’un de ses «héritiers» les plus célèbres est sans conteste Warren Buffett. Celui-ci a fait l’objet de nombreuses biographies. L’une des meilleures est celle d’Alice Schroeder, une brique de plus de 900 pages – les Américains aiment en avoir pour leur argent! – dont le titre fait référence à cette capacité hors du commun de Buffett à prévoir ce qui fera «boule de neige» au point de vue financier. Mais soyez prévenus: le talent de Buffett va bien au-delà d’un «don» de lecture de rapports annuels.

Ceci dit, il n’y pas qu’une seule approche valable en matière d’investissements. Loin de là.

Par exemple, le gestionnaire de portefeuille Peter Lynch, qui a fait la fortune de Fidelity dans les années quatre-vingt, soutient qu’on peut tous battre les pros de l’investissement en transposant aux marchés boursiers les compétences pointues qu’on a pu développer dans la vie de tous les jours. Par exemple, un vendeur de vêtements d’un centre commercial pourrait se rendre compte, un peu avant tout le monde, qu’une nouvelle marque de manteaux suscite l’engouement de sa clientèle. Il ne lui resterait plus, alors, qu’à acheter le titre du fabricant avant que les pros ne se mettent de la partie.

Mais l’écrasante majorité de ceux qui arrivent, bon an mal an, à faire bonne figure en Bourse consacrent énormément de temps à leur art, car la concurrence est vive et très grande la complexité. Comme le dit si bien Guy Le Blanc, «si investir en Bourse était simplement une question de ratios financiers, tous les comptables seraient riches».

Moralité : si vos fonds communs de placement ne génèrent que 4 % par année, n’y voyez pas une calamité!

MOONEY, Bernard, Maîtriser les démons de la bourse : des outils pratiques pour contrer les comportements irrationnels de l’investisseur, Montréal : Éditions Transcontinental, 2012. 179 p.

MOONEY, Bernard, Investir à la bourse et s’enrichir : compagnies extraordinaires, rendements extraordinaires, Montréal, Québecor, 2012, 303 p.

LE BLANC, Guy et LE BLANC, Philippe, La bourse ou la vie : les secrets d’un investisseur, Saint-Bruno, Cote 100, 2012, 404 p.

SCHROEDER, Alice, L’effet boule de neige : la biographie officielle de Warren Buffett, Hendaye, Valor, 2010, 951 p.

LYNCH, Peter, One up on Wall Street : how to use what you already know to make money in the market, New York, Simon & Schuster, 2000, 304 p.

À propos Jean-François Barbe
Bibliothécaire au niveau trois de la Grande Bibliothèque, à la thématique Histoire, sciences humaines et sociales. Chroniqueur «livres» au journal Finance et Investissement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s