J’aime les oranges!

Illustration de Mark Dixon

Il y a plusieurs semaines déjà que je sais que je vous écrirai, ici, sur la littérature jeunesse. Une tribune pas nécessairement destinée aux adultes-travaillant-avec-le-livre-pour-enfants.

J’ai donc comme objectif d’en profiter. Je veux vous montrer le plus inusité, le plus touchant, le plus « incroyabilicieux »* de la littérature jeunesse. Redonner à ceux qui l’avaient peut-être perdu un nouvel élan pour les histoires à raconter avant le dodo ; à d’autres, le goût de descendre les escaliers vers l’Espace Jeunes. J’ai envie de vous présenter des livres que j’ai adorés passionnément à la folie, avec tous les pétales de marguerites possibles (tout en  sachant pertinemment que c’est le dernier qui est décisif!). Vous prouver que la littérature jeunesse n’est pas qu’histoires pour petites personnes, que le domaine du livre jeunesse est vaste et multiple.

Critères, critères, dis-moi si je suis le meilleur…

Il y a quelques années, j’ai donné un cours destiné à des adultes, destinés eux-mêmes à devenir bibliothécaires jeunesse. Un des objectifs dudit cours était « Évaluer avec un regard critique le contenu des livres du corpus de la littérature jeunesse ». Ouf!

Comment aiguillonner mes étudiants d’alors sur les critères moins tangibles, mais néanmoins essentiels, ceux qui font la force de la littérature jeunesse? J’ai donc eu l’idée de comparer « l’effet de lecture » à la dégustation d’une orange. Voici ce que ça avait donné.

« Est-ce que c’est une histoire passionnante ou, au contraire, un peu insipide? Pensez à lorsque vous buvez du jus d’orange. Est-ce qu’on a mis trop d’eau, est-ce que ça goûte quelque chose? Ou, au contraire, est-ce que c’est tellement concentré que ça donne mal au cœur? Ou est-ce que c’est du jus d’orange pressée, naturel, avec un goût original et authentique? La Floride ou le Maroc (pour les clémentines) dans votre bouche? »

Depuis, je suis restée avec cette allégorie de l’orange lorsque je dois évaluer des livres. Et pour ce premier billet, je vous propose deux albums qui n’ont absolument rien d’enfantin. Des livres à la structure narrative travaillée, qui permettent plusieurs relectures et nombre de possibilités d’analyses littéraires. Des titres qui représentent selon mes critères gustatifs ce goût de jus d’orange pressée, fraîchement cueillie sur l’oranger!

Traduit de l’américain, Orange book, 1,2… 14 oranges de Richard McGuire amène le lecteur dans un univers tout dessiné de bleu, à découvrir le sort de 14 oranges provenant d’un même oranger. Tandis que la première orange se retrouve dans le paquet cadeau d’un ami hospitalisé, la neuvième devient l’objet d’observation d’un scientifique. Je pourrais vous dire « ainsi de suite », mais non, car le sort de chacune d’elles étonne là où l’on ne s’y attend pas. C’est sur des illustrations double page qu’on nous livre le destin des oranges – destins que l’auteur a choisi de croquer sous des angles de vue bien choisis. Aussi, insistons sur le jeu de bichromie qui est ici tout à fait justifié : la couleur orange, complémentaire au bleu, attrape à chaque page le regard du lecteur, qui poursuit ensuite sa lecture de l’image dans le bleu du « reste du monde ».  Richard McGuire est aussi bien connu pour son travail d’illustrateur et de graphiste dans l’édition et la presse, dont le New York Times.

En 2008 arrivait sur nos rayons L’été de Garmann, de Stian Hole. Difficile de rester insensible face au garçon blond de la couverture qui nous regarde droit dans les yeux, à moitié plongé dans ce qu’on devine être la mer, affublé de flotteurs orange aux bras. Ce premier opus de Garmann (il y en aura deux autres, celui-ci et celui-là, tout aussi captivants) raconte ses peurs et et sa perception de la vieillesse et de la mort par l’observation de ses trois « vieilles » tantes. La technique d’illustration de Hole est assez unique dans l’édition pour la jeunesse : il fusionne dessin, collage et photographie ce qui donne un effet à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire, laissant le lecteur/observateur longtemps devant chaque page. Ce titre a remporté les plus grands honneurs et a surtout suscité l’intérêt de plusieurs pour la production éditoriale des pays nordiques.

Allez, on se fait plaisir, après tout, dans deux jours c’est officiellement l’été!

McGUIRE, Richard, Orange book, 1,2…14 oranges, Paris, Albin Michel jeunesse, 2010.

HOLE, Stian, L’été de Garmann, Paris, Albin Michel jeunesse, 2008.

* Néologisme de Claude Ponti dans Blaise et le château d’Anne Hiversère, Paris, L’école des loisirs, 2004, p. 9.